14:14:00
A+ A-

Nouveau record mondial de pluie sur deux jours

Le groupe international d’experts relevant de la Commission de climatologie de l’OMM est parvenu à cette décision après une enquête approfondie au sujet de l’épisode de pluie en question survenu à Cherrapunji. L’enquête a été menée pour le compte des Archives mondiales de données concernant les extrêmes météorologiques et climatiques, lesquelles constituent les relevés mondiaux officiels de l’OMM pour ce qui concerne ces extrêmes.

Nouveau record mondial de pluie sur deux joursLa hauteur totale de pluie enregistrée dépasse le record mondial précédent sur 48 heures, soit 2 467 mm (97,1 pouces), associé au passage d’un cyclone tropical sur l’île de la Réunion (France), dans l’océan Indien, en avril 1958. La Réunion, fréquemment frappée par des cyclones tropicaux et dont les régions montagneuses reçoivent de grosses quantités de pluie, continue de détenir les records de pluviométrie sur des périodes de 12 heures et 24 heures (1966), ainsi que de 72 heures et 96 heures (2007).

Ce nouveau record sur 48 heures revêt un intérêt particulier, puisqu’il confirme que Cherrapunji (également appelée Sohra) compte parmi les lieux les plus arrosés de la planète. Il vient compléter un record que Cherrapunji possède depuis longtemps, à savoir 26 470 mm (86 pieds 10 pouces) de pluie sur douze mois (un an), d’août 1860 à juillet 1861. Il supplante aussi un record de pluviométrie qui était associé à un cyclone tropical. Par opposition à d’autres records pluviométriques concernant de courtes périodes, les pluies abondantes que connaît Cherrapunji sont causées par l’influence du relief montagneux sur les dépressions associées à la mousson d’été. Cherrapunji se situe dans l’État du Meghalaya, sur un plateau dont l’altitude moyenne atteint 1 484 mètres (4 869 pieds) et qui fait face aux plaines du Bangladesh.

Fondée sur l’analyse de données sur des phénomènes passés, l’enquête a été menée à la demande et avec le concours du Service météorologique indien. Le comité d’enquête était constitué de spécialistes du climat de divers pays: Allemagne, Argentine, Colombie, Espagne, États-Unis d’Amérique, France, Inde et Maroc.