Récit du passage de la forte tempête Fakir à La Réunion

Ecrit le 25 Apr 2018

Comme pour tous les cyclones voguant à proximité des Mascareignes mon horloge interne s’est calé sur « 4h00 du matin » ce mardi 24 avril 2018. Je sais que Fakir s’approche... pendant la nuit j’avais senti la pluie se renforcer et le vent commençait à souffler mais ce n’était rien à côté de qui allait se produire par la suite. Pour situer le contexte sachez que j'habite à à Cambuston (Saint André). 

Il est 4h30, ma femme et mes enfants dorment encore, moi, je regarde les dernières prévisions de GFS et je les compare avec les simulations du modèle européen. Tous deux sont d’accord, un passage sur La Réunion ou à proximité immédiate de l’île est prévu.

Par la suite, je fais quelques mises à jour sur mon site et je regarde le radar météo. En voyant le centre de Fakir sur cette image je comprends que Fakir se déplace rapidement, très rapidement. Et le bulletin d’analyse de Météo France confirme cette extrême rapidité de déplacement (41 km/h!!).

Forte tempête Fakir, image radar à 4h30

Forte tempête Fakir, image radar à 4h30

L’avantage est que son impact serait de courte durée, l’inconvénient est qu’il allait arriver plus tôt que prévu, de manière plus brutale prenant forcément au dépourvu des milliers de Réunionnais. Deux sentiments naissent alors en moi, la joie du passionné de phénomènes intenses (en mal de cyclone) … et la crainte, tout de même, de l’inconnu !

6h00 - Je poursuis la mise à jour de mon site et poste sur Facebook quelques images qui me semblent intéressantes. Pendant ce temps la pluie devient plus forte et le vent se fait davantage sentir. Je vois des gouttes de pluie se fracasser par rafales sur les baies vitrées, quasiment à l’horizontale. Fakir, tel un mirage, s’approchait inévitablement. Appareil photo en main, j’immortalisais ce spectacle de la nature.

7h30 - En regardant à nouveau le radar météo centré sur La Réunion, je constate que le « mur » du centre (il n’y a pas d’œil visible sur les images satellites) - la partie la plus puissante du phénomène - s’approche dangereusement de la côte Nord/Est. L’impact est inévitable ! Cette bande de pluies intenses et de vent violent, je le sais, va nous toucher ! À peine dix minutes plus tard, cette zone dangereuse est sur nous. De multiples orages semblent avoir eu raison du réseau électrique. La coupure dure 20 à 30 minutes.

Forte tempête Fakir, image radar à 7h30

Forte tempête Fakir, image radar à 7h30

8H20, le vent commence vraiment à bien souffler. Désormais, il m’est impossible de filmer correctement avec tout ce vent s’engouffrant dans la maison et filmer entre les gouttes plaquées sur les baies vitrées ma tablette ne sait pas le faire. La visibilité est très réduite. Si ce n’est pas le sifflement du vent passant à travers les buses d’aération on aurait dit une sorte de brouillard immobile tellement les bourrasques sont puissantes et la pluie forte.

Le vent se renforce encore et encore, j’entends des grincements au niveau du toit. Je monte dans mon bureau, qui se situe sur une mezzanine, pour vérifier qu’il n’y a pas de dégâts. Mais progressivement, c’est la crainte qui prend le dessus sur l’excitation du chasseur de cyclone. Et pour cause, je sens la mezzanine trembler sous mes pieds et je vois le toit, du moins les plaques de plâtre qui recouvrent toute l’armature, se déformer de quelques centimètres sous la pression des violentes rafales de vent. Une légère anxiété me submerge instantanément, d’autant plus que la fissure tout le long du mur de la chambre d’amis (bien que caché par le dressing) refait surface dans mon esprit. C’est fébrile, que je descends préparer, avec ma femme, des sacs de survie, au cas où ! Cet épisode particulièrement intense a duré 5 peut être 10 minutes. Mais je savais que, lorsque le calme serait revenu, les dégâts seraient importants.

Il est 9h15 tout est terminé près de chez moi, le soleil est revenu rapidement et Fakir ne laisse comme trace de son passage que ses dégâts et un air chaud venant du nord ! On aurait dit l’air d’un radiateur.

Forte tempête Fakir, pendant et après

Forte tempête Fakir, prendant et après

En regardant les infos je me rends rapidement compte de l’étendue des dégâts. Un peu partout sur l’île des arbres ont été déracinés, des maisons inondées, des toits arrachés, des ravines sont encore en crue. Les réseaux routier et électrique sont, eux aussi, fortement endommagés.

La forte tempête tropicale Fakir, nous a surpris. Elle est arrivée aussi vite qu’elle est partie ! Mais Fakir restera longtemps dans la mémoire collective réunionnaise !

Forte tempête Fakir, animation image satellite

Forte tempête Fakir, animation image satellite

L’heure est au nettoyage et à la réhabilitation. La Réunion va devoir panser ses plaies durant de nombreux jours encore. Il faudra aussi un temps pour la réflexion ! Car, si une forte tempête se déplaçant aussi rapidement peut faire autant dégâts, imaginez un cyclone tropical intense voire très intense longeant La Réunion à une vitesse très réduite ! Les conséquences seraient absolument catastrophiques !

Faut-il revoir le système d’alerte ? Faut-il mettre en place un véritable plan de prévention ? Enseigner la culture du risque? Ce qui est certain c’est que la bétonisation excessive est en train de montrer ses limites ! Voilà une autre piste de réflexion parmi tant d'autres qu'il faudra mener pour éviter une autre catastrophe!